dans son atelier au Mourillon en 1978 (photo Henry hermellin-visages de la peinture varoise-1980)









MONIQUE MALFRE BERUTTI

« Un appel à rêver… »

Monique Malfré a appris de ses meilleurs représentants une peinture sensible et bien traditionnelle…Et puis, voila que ses lavandes ont commencé à ressembler à des torrents mauves, que ses rocailles ont pris sous son pinceau des allures d’incendies de forêt. De quoi ne plus reconnaître ses chèvres dans le troupeau, aurait pu penser le berger, qui, d’ailleurs, n’avait aucune chance de trouver sa place dans le tableau !

C’est que Monique Malfré préfère les chemins de traverse, les herbes rares qu’on ne trouve que dans les coins, et qu’il faut mâchonner longtemps loin du troupeau, aux paysages trop évidemment reproduits avec leur ambiance provençale. Foin de l’ambiance ici et place à la matière !

Jean-Claude Bérutti