portrait à la galerie St Louis expo septembre 2012 (photo Henry Hermellin)









MICHELE CARANOVE

Des impressions à partager…

Ancienne graphiste publicitaire, je me sens fabricante d’image plutôt que peintre. En effet, la peinture n’est pas pour moi le sujet, elle est plutôt un outil. Là où certains manient le texte, mes matières sont mes mots.

Alors je parle, je parle, je travaille sans cesse et mon langage s’étoffe d’expériences, de collages, de cartons laissés à l’abandon auxquels je redonne un sens, une valeur qu’ils n’avaient plus.

D’années en années un monde émerge qui m’est propre et qui me plait. Les couleurs se mêlent se mélangent et s’enchaînent, vives, chatouillantes. Mon œil les aiment, je m’y sens bien.

Tantôt je ris avec vous qui les regardez, tantôt je pleure, seule. Mon travail se veut simple, sans tricherie, spontané. La nostalgie y est présente, et même la poésie.

La vie, le monde l’humeur tout est pour moi prétexte à l’œuvre, même le quotidien. M’émerveiller, continuer d’humer la vie et apprécier ces parfums. Ne pas cesser de réfléchir, de penser, d’éprouver. Evoquer, suggérer, transmettre sans à priori. Tel est mon but.

Pour cela je veux utiliser tout ce qui peut être à ma disposition : toile collée, plume, encre de chine et toujours ce carton qui m’aide au relief, à la dimension. Parfois m’égarer dans le volume, en tous les cas parler de tout et de rein avec vous.

Cette exposition est donc une suite d’images à prendre avec du sucre, par petites gorgées comme on déguste une petite portion de vie…

Michèle Caranove