Monique Le Chapelain à la galerie St Louis en 2011 (photo Henry Hermellin)









MONIQUE LE CHAPELAIN

...Autodidacte, Monique Le Chapelain ? Naïve, sa peinture ? sûrement !Obsessionnelle ? Icontestablement ! Mais avec tant de tendresse, un caractère si primsautier, une telle joie de vivre, sabordant les angoisses existentielles, que l'enchantement se renouvelle chaque fois, que dans son aura, le spectateur retourne à sa propre enfance, aux petits pincements de coeur ou aux menu bonheurs liés à ses propres fantaisies animalières depuis longtemps oubliées, aux fleurs de son jardin de longue date fânées, aux fragments restés en mémoire des contes qui l' ont naguère bercé. Jeanine Rivais