Roseline Lê Minh est née en 1942 à Binh Hoà Xa - Gia Dinh - Viêt Nam.

Diplômee en Peinture Monumentale en 1994.
(Academie des Beaux Arts - Watermael Boitsfort -1170 Bruxelles)

Roseline Lê Minh s'est consacrée, avec une énergie de titan, à une oeuvre qui compte aujourd'hui quelques centaines de toiles. Certaines de fort petites dimensions, d'autres réellement monumentales. D'abord construite à partir des formes d'une semi-abstraction, elle s'est progressivement départie de toute allusion ou référence au réel pour trouver son plein épanouissement dans ce qu'elle appelle une "abstraction magique". Magique dans la mesure où, libérée de toute contrainte figurative, le peintre peut se laisser emporter par l'exaltation du travail, par les manifestations du hasard mais en les soumettant toujours à une volonté plus forte, à une technique qui échappe à tout effet aléatoire. Cette technique, l'artiste la peaufine inexorablement. Dans une intimité avec la couleur, dans l'introspection de la matière et par cette sorte de fulmination à peine contenue de la surface, Roseline Lê Minh s'est lancée dans l'étude de ce qu'elle nomme "les vibrations de la texture". Petit à petit, les tonalités se sont estompées au profit de la seule palpitation de la matière. Les dernières compositions de l'artiste marquent une tendance très nette à la monochromie, voire à l'absence de couleur. Ce qui animait la couche picturale par une sorte de vie sous-jacente, émergeant ça et là en un réseau de craquelures, s'impose maitenant comme la structure même de la composition. Ainsi, les toiles blanches se multiplient, jouant sur les "ruptures" innombrables de la couche picturale. D'autres oeuvres de la même veine privilégient un relief aux allures de relevés orographiques, sous forme de coulées de matière qui traversent la toile. La peinture de Roseline Lê Minh est une suite de moments d'intense liberté qui portent l'empreinte de sa joie de peindre, de sa victoire sur la toile et sur la matière, et d'une énergie étourdissante.

Didier Paternoster /Critique d'art

 




Roseline Lê Mihn has devoted a tremendous energy to hundreds of canvasses. At first, she favored semi abstractions, but with time, she eventually avoided any reference to reality in order to develop her talent in what she calls Magic Abstraction. The artist’s work is magic because she is not bound to figurative creation. The painter is following her instinct and accidental representations that always submit to a higher power, to a never failing technique. She relentlessly improves her technique.

Roseline Lê Mihn has started to study what she calls Texture Vibrations through an intimate relationship with colors and introspection in paint that both flashes and caresses the surface of her canvas.

Little by little the hues have faded away to give full power to the paint.

In the last works of the artist, we notice a clear evolution to monochrome or even a total absence of color. The under layers, which used to brighten up the picture layer through small crevasses, have gained importance to become the structure of the composition. White spreads on the canvas to break the paint all over.  Other similar paintings resemble orographic pictures thanks to the flow of paint that crosses the canvas.

Roseline Lê Mihn’s work expresses her deep feeling of freedom, her happiness as a painter and her ability to master paint through dazzling energy.   

Didier Paternoster /art critic